accueillir un nouveau né de façon minimaliste

Accueillir un bébé est souvent le plus grand changement vécu dans notre vie d’adulte. Pour se préparer à cette responsabilité, nous pouvons être tentés de nous tourner vers des achats qui vont nous rassurer et diminuer l’inconnu de ce qui nous attend.

Pour préparer cet article, j’ai téléchargé la liste de naissance, c’est-à-dire les achats conseillés, d’une grande marque de puériculture. Cette liste se nomme « les essentiels pour bébé ». Elle est composée de 3 pages et de pas moins de 119 références (oui je les ai comptées !). Beaucoup de plastique, d’objets à obsolescence programmée, d’items dont vous allez vous servir une fois ou 2, voire moins, qui ne correspondront peut être pas à votre style de parentalité…

De quoi donner le tournis non ?

Je me mets à la place de parents en devenir, cette liste des indispensables est un peu délirante. Je respecte tout à fait le choix et la démarche des personnes qui préfèrent suivre ce type de listes à la lettre. Mais il ne faut pas oublier qu’elles sont conçues par des personnes qui désirent vendre leur marchandise. Les méthodes de vente dans notre société actuelle reposent souvent sur une culpabilisation à outrance. Le message subliminal que je ressens pour ma part est « si vous n’achetez pas ces indispensables, votre bébé n’aura pas ce qui lui faut, vous ne serez pas le meilleur parent possible ».

Votre parentalité, par définition, va se construire avec votre enfant. Il est important d’acheter au fur et à mesure du développement de votre bébé. Vous pourrez l’observer, juger de ce dont il a besoin, de ce qui vous paraît indispensable ou non.

Un exemple nous concernant : avant la naissance d’Aurèle, je ne souhaitais pas acheter de poussette. Je pensais porter mon bébé en écharpe puis en porte bébé. Comme nous vivons à Paris je trouvais cela plus simple et pratique. Nous étions dans un petit appartement donc une grosse poussette ne serait même pas entrée, ou aurait pris la moitié du salon.

Et puis vers les 6 semaines d’Aurèle, j’ai compris que ce serait un achat utile, qui était devenu indispensable après réflexion sur notre mode de vie. J’avais très mal au dos car je le portais énormément à bras, je sortais beaucoup notamment pour accompagner les 2 grandes soeurs dans leurs activités, et le papa d’Aurèle avait du mal avec l’écharpe. Nous avons acheté une yoyo qui résolvait notre problème de place, permettait à Aurèle de dormir très confortablement, à moi de pouvoir faire des courses et de grandes balades sans peiner.

Nous pouvons réfléchir à tout avant d’avoir un bébé, mais nous ne savons pas comment sera notre bébé. Ni vraiment comment nous serons en tant que parent, même si nous avons certains désirs. Le mieux est donc d’attendre. Il est toujours possible d’aller acheter rapidement un objet manquant, et surtout de prendre le temps de réfléchir à nos besoins.

C’est normal de se poser beaucoup de questions avant de savoir si c’est le moment d’accueillir un bébé dans la famille. Mais celle des frais inhérents à son arrivée ne devrait pas en être une selon moi. Il est toujours possible de faire des choses soi-même, d’acheter en seconde main, de se faire prêter, de louer.

Pour avoir un bébé heureux et en bonne santé, nul besoin que la maison ne se transforme en nurserie. Nous n’avons pas besoin d’avoir, mais surtout d’être (présent, attentif, calme, reposé, aimant, confiant…).

Pour aller à contre-courant des listes que vous pouvez trouver sur internet, je vous propose une liste de MES indispensables. Ma démarche est tournée vers le minimalisme, loin du marketing et du paraître. Ces objets ont fonctionné pour nous, et s’accordent avec nos choix : allaitement, portage, sommeil partagé…

Elle concerne les premières semaines de bébé, jusqu’6 mois environ. Pour ce qui est du reste, la chaise haute, les barrières de sécurité, les jouets, nous avons pas mal de temps devant nous pour y réfléchir. Cela fera peut-être l’objet d’un autre article.

L’indispensable

✦ des pyjamas : environ 4 par taille – naissance (sauf si gros bébé), 1 mois, 3 mois, 6 mois. Je ne suis pas pour les petites tenues pour les nouveaux nés. Elles sont certes très mignonnes, mais je trouve que ce n’est pas forcément confortable pour eux, cela peut entraver leur motricité, et il faut beaucoup les manipuler pour leur enfiler, ce qui n’est pas agréable pour eux. Des pyjamas avec des pieds, qui s’attachent devant, sont plus pratiques à mon goût.

✦ des bodies : ceux qui s’attachent devant plutôt que ceux qui s’enfilent par la tête. Environ 6 par taille.

✦ des cotopads (ou des lingettes lavables) pour le change, avec du liniment ou juste de l’eau.

✦ des couches : lavables ou jetables, green ou pas, c’est vous qui voyez !

✦ du savon

✦ des biberons si vous n’allaitez pas. Si vous allaitez, il n’est pas conseillé de donner votre lait à bébé avec un biberon avant l’âge de 6 semaines (risque de confusion sein/tétine), donc laissez vous le temps ! En matière d’allaitement, on ne sait jamais à l’avance comment les choses vont se passer…

✦ une baignoire shantala : nous avons baigné Aurèle dedans jusqu’à ses 9 mois car nous n’avions qu’une douche. Nous posions la baignoire sur notre lit avec une serviette. Dans notre appartement actuel, nous avons une baignoire et Aurèle y prend des bains libres depuis notre arrivée.

✦ un thermomètre rectal : le plus fiable pour prendre la température, et aussi le moins cher.

✦ une commode pour TOUT mettre : par exemple les items d’hygiène dans le premier tiroir, les vêtements du moment dans le 2ème, les vêtements encore trop grands et les langes dans le 3ème, les réserves de couches et autres dans le 4ème.

✦ un matelas à langer simplement posé sur la commode si la hauteur convient. Sinon sur le lit parental, ou sur un tapis au sol dans la chambre ou un endroit calme de la maison. Depuis notre déménagement et les 9 mois d’Aurèle, il est changé sur un tapis au sol, et nous nous agenouillons près de lui. Les chutes de la table à langer sont ainsi également évitées !

✦ des langes : ils nous ont pas mal servis pendant les premiers mois. J’en mettais sous sa tête dans notre lit pour absorber les fuites de lait ou régurgitations. Ils nous servaient aussi de petites serviettes pour essuyer sa bouche.

✦ un lit / matelas / couffin : nous avons fait le choix du sommeil partagé dans le lit parental tant qu’Aurèle était allaité la nuit, puis du lit au sol. Celui-ci est suffisamment grand pour que l’on s’allonge près de lui pour l’accompagner dans son endormissement. Et il peut se lever seul quand il se réveille, sans pleurer pour que l’on vienne le libérer de son lit à barreaux.

✦ une écharpe de portage / poussette : je fais tout à pied ou en transport en commun pour ma part, je me sers donc énormément de l’écharpe (puis le porte bébé) et de la poussette (Yoyo de BabyZen si vous suivez !).

✦ un siège auto : le papa d’Aurèle a une voiture donc nous avions récupéré le cosy qu’il avait pour ses grandes soeurs. Mes parents en ont également acheté un car nous allons en train chez eux (ils vivent en province où peu de lieux sont accessibles à pied).

✦ une petite bibliothèque pour y mettre ses premiers jouets et livres (ceux-ci feront l’objet d’un article à part).

✦ un tapis confortable et doux à placer dans son espace de jeu/de vie (pour nous c’était le salon). Il ne doit pas être trop épais pour que bébé ne s’enfonce pas dedans et soit entravé dans ses mouvements.

Et c’est tout ! Cela paraît déjà beaucoup. Bien sûr on peut déjà avoir certains de ces objets, se les faire prêter ou acheter en seconde main, cela réduira la note (et l’empreinte carbone au passage).

Le superflu

✦ un chauffe-biberons : nous réchauffions les quelques biberons de lait maternel qu’Aurèle a bu dans une casserole remplie d’eau chaude. Pour une préparation avec du lait artificiel il suffit de faire chauffer l’eau avec une casserole ou une bouilloire.

✦ un stérilisateur : il n’est pas utile de stériliser les biberons d’un bébé en bonne santé, un bon nettoyage avec le goupillon suffit.

✦ un babyphone : espace réduit oblige, nous avons toujours entendu Aurèle quand il avait besoin de nous.

✦ des bavoirs : nos langes multifonctions nous ont suffi pour les petites régurgitations et fuites.

✦ un parc : nous n’en avons jamais eu l’utilité. A vrai dire comme le lit à barreaux je n’en vois pas l’intérêt, c’est contraire à mon approche de la parentalité et du développement de l’enfant (Montessori, motricité libre…).

✦ un transat : comme le parc, je n’en vois pas l’intérêt, pour moi cela entrave complètement le développement moteur d’un enfant. Alors qu’un simple tapis lui permet de s’entrainer à se retourner, puis se déplacer et aller chercher des jouets.

✦ une baignoire bébé, ainsi que le pied pour baignoire : cela prend bien trop de place à mon goût pour s’en servir si peu.

✦ des livres de recettes pour bébé : Aurèle a commencé à être diversifié vers ses 7 mois, tout doucement. Même si la diversification est faite plus tôt, cela laisse bien le temps de rechercher des recettes sur internet qui en regorge.

✦ une poubelle à couches : aucun intérêt pour moi non plus. Nous avons toujours mis les couches dans notre poubelle de cuisine, qui se ferme.

✦ une balancelle : je préfère bercer moi-même mon bébé s’il a besoin de mouvement.

✦ un tour de lit : les recommandations pour éviter la MSN ne sont pas en faveur des tours de lit. De toute façon ici pas de lit à barreaux donc pas de tour de lit !

✦ un sac à langer : un tote bag en coton fait parfaitement l’affaire pour emmener 3 couches, un change, une trousse avec coton et liniment, et 2 jouets.

✦ un coffre à jouets : comme proposé dans l’approche Montessori, il est intéressant de positionner les jouets sur une étagère à portée de vue du bébé. Cela l’incitera à se déplacer pour aller les saisir. Cela évite également l’accumulation d’objets.

✦ un mobile : placé au-dessus du lit, un mobile va plutôt attirer l’attention de bébé que l’aider à trouver le sommeil. Je range donc cet item dans la catégorie des jouets.

✦ un transat de bain : je pense qu’il est plus rassurant pour un bébé de sentir le contact de la main de son parent plutôt que du plastique pendant le bain. Cela favorise également ses premières expériences sensorielles et son ajustement tonique.

✦ un thermomètre de bain : une fois que vous avez senti une eau à 37° à la maternité par exemple, vous la gardez en mémoire, nul besoin de mesurer la température au dixième de degré à chaque bain.

✦ des jouets de bain : jusqu’à 6 mois, votre bébé jouera très peu dans son bain. Préférez plutôt lui parler, dénommer les parties de son corps que vous lavez, lui chanter une comptine, bref en faire plutôt un moment d’interaction privilégié.

✦ un pèse bébé : sauf problème majeur de prise de poids (et encore, dans ce cas votre bébé sera suivi sur le plan médical et sera pesé en consultation), nul besoin de peser votre bébé. Vous pouvez également vous rendre gratuitement à la PMI pour une pesée. Les meilleurs indicateurs de bonne santé de votre bébé seront son éveil, ses couches mouillées et ses sourires.

✦ une brosse et un peigne : certains bébés n’ont pas de cheveux avant un an, ou si peu. Pour les plus chevelus, ils sont de toute façon tellement fins qu’ils se placent seuls. Et puis les bébés se moquent de leurs épis !

✦ un mouche bébé : la meilleure technique pour désencombrer le nez des petits reste la seringue de sérum physiologique.

✦ un thermomètre frontal ou auriculaire : cher et pas toujours fiable.

Accueillir un bébé simplement, dans le minimalisme, permet aussi de commencer à se tourner vers le slow parenting, un rythme de vie de famille calme, simple, et lent. Avant même la naissance de bébé. Cela aide à accepter que tout ne peut être établi à l’avance, qu’il faudra ralentir le quotidien, et aller au rythme de ce nouveau venu sur Terre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 thoughts on “accueillir un nouveau né de façon minimaliste

  1. Je suis complètement d’accord avec toi à part pour le transat. Moi j’ai celui de Beaba en hauteur, ça me permet de pouvoir l’amener partout dans la maison avec moi surtout quand je cuisine (je ne le voit pas ou sinon). On ne se rend pas compte de tout ce qu’on achète pour le premier, pour le deuxième je suis plus dans la simplicité.

    1. oui c’est sur qu’avec un petit appartement, l’avantage est que je l’avais toujours sous les yeux ! après on peut aussi déplacer son petit tapis, ou éplucher les légumes au salon 🙂

  2. je suis bien d’accord avec toi, Charlotte ! sauf aussi pour le transat, qui nous est bien utile pour ses temps d’éveil car pour cause de reflux, la position allongée n’est pas du tout confortable. on présente donc les mobiles ou jouets qui l’intéressent quand il est dans le transat (on a le babybjorn où le bébé est très vertical). Pour l’eau du bain aussi, je n’arrive pas du tout à « sentir » la température dans mes mains…ça va peut-être venir, mais en attendant, on a un thermomètre de bain (à quelques euros, et fabriqué en France, on a pas eu de scrupules !). Merci pour ce nouvel article et gros bisous