ralentir le rythme : slow parenting à ma façon

Depuis que je réfléchis à notre rythme familial, le concept de slow life prend petit à petit le dessus dans ma façon de voir la vie. J’essaie de penser à ralentir notre quotidien. Ce n’est pas toujours évident quand on a, comme moi, mille idées à la minute. Mon fonctionnement de pensée est « en arborescence ». Cela signifie que le moindre détail dans mon environnement va me faire penser à quelque chose (un autre détail, une idée, une action à effectuer, un livre à lire). Puis ce quelque chose va me faire penser à autre chose, etc. Mon cerveau s’active malgré moi, et si je m’écoutais j’aurais tendance à être toujours en action. Je dois lutter contre cette nature pour réussir à me poser, pour moi, pour Aurèle.

Je vous en parlais dans cet article, la pratique de la méditation m’aide beaucoup à me mettre sur « off ». Quand on médite, on apprend à laisser aller les pensées sans s’y accrocher nécessairement. On les accueille et on les laisse partir. On s’entraîne à être ancré dans le moment présent, tant physiquement que mentalement. J’arrive de mieux en mieux à réduire le flot de pensées, à être dans ce que je fais sans penser à autre chose sans cesse. Mais je vois bien que j’ai encore besoin de m’entraîner. Et que si je ne pratique pas régulièrement les mauvaises habitudes reviennent. Par exemple, je suis moins assidue en ce moment, et je subis de nombreuses insomnies. Je me réveille dans la nuit, et je m’accroche à des pensées sans arriver à les laisser filer.

Ma présence aux côtés d’Aurèle au quotidien contribue bien sûr en grande partie à mon ralentissement de rythme. J’ai à coeur de faire les choses à sa vitesse, car il est très en demande d’autonomie. Cela fait aussi partie de mes « priorités éducatives ». Nous prenons donc le temps qu’il faut pour qu’il participe le plus possible à toutes les activités du quotidien. Ainsi l’habillage, la toilette, la préparation des repas, le ménage, la lessive, le repas en lui-même, sont autant de moments où nous allons à son rythme. Je lui fournis seulement l’aide utile, le petit coup de pouce dont il a besoin au moment opportun, mais pas plus. Il s’entraîne et se débrouille de mieux en mieux, et est si heureux de réussir seul. Quel joli cadeau pour sa confiance en lui !

Depuis bientôt 2 ans, j’ai eu l’occasion de voir combien le temps passe vite quand on a un enfant. Alors parfois je m’arrête, je stoppe ce que je fais, et je le regarde, simplement. Je m’interromps et je profite juste de l’avoir près de moi, de le voir évoluer chaque jour, développer toutes ses habiletés, progresser dans tous les domaines. Je me pose et je l’observe grandir. En mesurant ma chance.

Une des clés pour réussir à ralentir mon rythme, un peu paradoxalement, est de planifier. Le fait d’être organisée me permet finalement de m’alléger l’esprit. Je note toutes les choses que je dois faire dans mon carnet/agenda/bullet journal. Puis je repartis ces tâches sur la semaine en fonction du temps libre que je pense avoir. Si j’ai plus de temps, je fais les tâches à venir, et si j’ai moins de temps, je les note à nouveau sur les jours suivants. Quand je pars en déplacement, je fais la liste des choses à emporter. Mon planning est prêt pour les 6-9 mois à venir. J’essaie d’anticiper les événements comme les anniversaires ou les sorties pour avoir le temps de trouver des idées et d’y réfléchir tranquillement. Je vous ferai un article sur les astuces d’organisation du quotidien qui me permettent de gagner du temps.

Enfin, je terminerai par un mot sur les écrans : je ne regarde pas la télévision, et j’ai désinstallé Facebook de mon téléphone. Alors je continue à regarder beaucoup (trop) mes mails et Instagram toute la journée, mais je me soigne ! Je laisse mon téléphone de côté quand je joue avec Aurèle par exemple. Cela me permet d’éviter le « multitasking », et d’être vraiment à ce que je fais.

Et vous, comment qualifieriez vous votre rythme ? Quelles astuces pour le ralentir ?

N’oublie pas de télécharger gratuitement mon guide slow parenting !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

One thought on “ralentir le rythme : slow parenting à ma façon

  1. MOn rythme ? Ola, grande question. Avant d’avoir mon bébé miracle, de folie pour oublier le ventre vide, la tete dans le boulot. Depuis 17 mois maintenant ( et meme les 9 de la grossesse) j’ai quittée mon cdi je reste avec elle a plein temps et je profite de la voir grandir. On ne vit que a son rythme, je m’organise pour faire les choses pas sympa dans les qq heures de creches par semaine qu’elle fait. On a trouvé notre equilibre ainsi, mon petit bébé , mon mari et moi