interview de maman : marine

Dans cette série, des mamans nous font partager leur vision de la parentalité. Aujourd’hui, c’est Marine qui nous parle de sa famille.

Peux tu nous parler un peu de ta famille ?

Notre petite famille compte désormais 4 personnes, depuis 5 mois ! Nous prenons ce nouveau rythme qui semble finalement avoir toujours été le nôtre, même si bien sûr, il y a parfois quelques cafouillages, quelques énervements vite regrettés et des envies de retrouver du temps libre, mot qui semble aujourd’hui avoir disparu de notre dictionnaire !

Mr MonChéri et moi-même nous connaissons depuis… pfiou… le lycée ! Mais ce n’est que beaucoup plus tard que Mister Caribou est arrivé. Il va aujourd’hui sur ses 2 ans et demi et est né au Canada où nous étions tout juste installés suite à une opportunité professionnelle. Aujourd’hui, nous y sommes toujours, et apprécions pleinement le rythme de vie adapté à notre vie de famille. Il nous a semblé évident que notre second enfant devait naître ici lui aussi. Et c’est donc tout juste 2 ans après son frère que notre Petit Nemo est arrivé.

Quels sont les 3 mots qui pourraient définir ton type de parentalité ?

Je vais tenter de sortir un peu du classique, même si bien sûr je voudrais croire être une maman « à l’écoute » et « bienveillante ». Ces derniers temps, l’arrivée de notre second a tout de même chamboulé nos habitudes, avec une hospitalisation imprévue le premier mois et quelques courts séjours ensuite… Alors on a redéfini nos priorités pour tenter d’offrir un cadre de vie tout de même rassurant, sécuritaire et le plus « normal » possible à notre plus grand qui, du haut de ses 2 ans, reste encore tout petit ! Voici donc quelques maîtres mots actuellement.

Vacances : on aurait voulu partir en « vraies » vacances bien sûr. Mais tout ne se passe pas toujours comme prévu. Au lieu de ça, on s’offre un cadre de vie qui ressemble à des vacances ! Le Canada a cet avantage de nous offrir un environnement parfait pour la vie de famille. Les horaires sont plus souples, et on ne passe pas notre semaine à courir après le temps (même si, dans le fond, on court toujours quand même). On mesure cette chance chaque jour et en profitons donc du mieux possible. On s’évite donc le stress des horaires trop serrés, des contraintes trop fixes et des routines trop timées.

Même si on offre tout de même à nos enfants de vraies vacances dès que possible, en dehors de toute garderie et de la ville, on tente de vivre dans cet esprit plus détendu tout au long de l’année. Le tout en conservant tout de même un cadre et des règles bien sûr. Les routines s’imposent d’elles-mêmes. Mais les horaires font moins notre vie.


Amour : personne n’est parfait et malgré toute la bienveillance, le joli cadre et le temps qu’on souhaite consacrer à nos enfants, tout le monde s’emporte un jour ou l’autre. La fatigue, le stress, les petits conflits du quotidiens, … on ne s’en cache pas, il y en a à la maison. Et oh oui, je m’en veux bien sûr par la suite. Mais ce qui compte le plus pour moi aujourd’hui, ce n’est plus forcément de les éviter à tout prix. C’est aussi naturel parfois d’y faire face. Et des conflits, il y en aura dans la vie de nos enfants, même si ce n’est pas avec nous. Autant qu’ils le sachent. Ce qui est important pour moi, c’est de leur signifier tout l’amour qu’on leur porte malgré ces conflits, malgré des désaccords ou des règles qui parfois ne leurs conviennent pas. D’autant plus avec l’arrivée d’un second qui m’a fait « disparaître » quelques temps du quotidien de mon plus grand. Je veux qu’il sache avant tout que je suis là. Que je l’aime. Que le temps passé avec son frère n’est pas du temps que je ne souhaite pas passer avec lui. Alors on étire parfois le temps du coucher. On parle un peu plus longtemps que raisonnable. J’ai souvent l’impression de faire un monologue puisqu’à 2 ans, les sentiments, c’est encore compliqué, mais je mets des mots sur les choses pour lui offrir cette sécurité affective et qu’il n’en doute jamais. C’est important.

Accompagnement : si je suis depuis peu de temps devenue adepte du « Oh, tu ne veux pas venir à table ? Très bien, ce n’est pas grave, nous on mange tout de même » et donc d’un certain lâcher prise, c’est toujours tout de même avec un fond d’accompagnement. Toutes les situations sont bonnes pour une petite phrase explicative de comment fonctionne la vie. La vie en communauté surtout. Alors pas de leçon de morale à tout va mais simplement un petit accompagnement au quotidien. Accompagnement dans les règles qu’on impose, ou qu’ils rencontrent ailleurs. Accompagnement dans les sentiments parfois confus que les enfants peuvent ressentir. Accompagnement aussi dans les expériences.

Notre plus grand devient de plus en plus autonome pour notre plus grand plaisir et on doit avouer qu’avec un petit second cela aide pas mal aussi. On lui propose souvent de tenter les choses par lui-même mais on ne l’y force jamais. On le laisse parfois en difficultés lorsque cela est sans danger et qu’on sait qu’il peut y parvenir. Mais dès le moment où il demande de l’aide, on est là. On l’accompagne aussi bien le matin dans son local de garderie s’il n’est pas à l’aise pour y entrer seul, que pour s’habiller s’il n’est tout simplement pas capable. On l’accompagne aussi parfois pour simplement préciser son geste hésitant ou pour reformuler une phrase afin de l’aider à progresser. Et puis, doucement, l’accompagnement se fait un peu plus discret, un peu plus lointain. Et il prend son envol dans de nombreux domaines. En attendant un nouvel accompagnement ailleurs !

Quelle est ton activité partagée préférée avec tes enfants ?

Vaste question !

Il y en a des tonnes et surtout, ça change tellement vite !! On passe énormément de temps à lire, et ce, depuis le début. On va dire que c’est certainement l’activité phare chez nous. Les livres évoluent. Notre façon de les aborder aussi. Et j’adore par dessus tout entendre mon plus grand me raconter les histoires à sa façon. Déchiffrer les images. Et doucement reconnaître quelques lettres.

Mais on a aussi des périodes puzzles. Des périodes pâte à modeler. Des périodes train. Bref. Je dirais qu’en réalité mon activité préférée sera celle qui est choisie sur le moment. J’ai un petit faible surtout pour l’observer dans ses activités autonomes. Le grand problème de la maman à la recherche de temps libre et qui finalement ne profite pas du tout du temps qui pourrait être libre ! Je suis juste tellement curieuse de le voir évoluer dans le monde qu’il construit doucement autour de lui que je pourrais rester des heures derrière la porte entre-ouverte à l’observer. Bon, je vous rassure, cela ne dure jamais des heures !

Et puis, ces derniers temps, on profite surtout beaucoup de l’extérieur. Au Canada, l’hiver est rude et les sorties sont parfois limitées pendant plusieurs mois, alors je peux vous dire que cet été on a fait le plein ! Et j’adore par dessus tout l’entendre me raconter la ville, et m’émerveiller de tout ce qu’il a déjà emmagasiné pour son si jeune âge.

Lorsque j’ai un peu de temps, finalement, c’est pour mes enfants aussi que je l’utilise ! J’adore leur créer de petites choses. Du doudou à la marionnette pour le plus petit. Ou à des petits jeux pour le plus grand. Dernièrement, je lui ai préparé un petit Memory. Et on joue désormais un peu ensemble. Il a réinventé les règles à sa façon. Celles-ci évoluent d’ailleurs d’un jour à l’autre. Mais j’adore voir ses petits yeux plein de bonheur lorsqu’il découvre ces petites surprises puis le voir ressortir le jeu et me proposer de passer un peu de temps ensemble.

Enfin, quelque chose qu’on adore dans la famille : la cuisine ! Ça prend du temps avec les petits. Tant pour eux de comprendre que c’est un domaine où il faut vraiment respecter les règles. Que pour nous d’accepter que cette recette ne sera pas forcément parfaite, qu’il y en aura partout, et qu’il faudra peut-être casser un œuf de plus. Mais Mister Caribou y prend de plus en plus goût et je ne regrette pas un instant d’avoir parfois pris sur moi en modifiant mon plan initial et en suivant son envie du moment. Je sais que sous peu (et c’est déjà presque le cas) il pourra participer de A à Z aux recettes pour de bons moments partagés !

Quel est ton jeu préféré ?

En ce moment ce serait certainement le puzzle de la carte du Canada qui nous occupe parfois un long moment. Il me permet de lui raconter de nombreuses choses. De lui expliquer les pays. Nos origines. Où on habite. Et puis surtout de le voir assembler les pièces quasi seul m’impressionne toujours beaucoup !

Quel est ton livre préféré ?

Aïe aïe aïe… On en a tellement !! Honnêtement je ne suis pas capable de choisir. J’utilise autant les livres pour expliquer les choses que pour simplement passer un bon moment. On a donc de tout. De celui qui nous raconte la journée à la garderie ou à l’hôpital (malheureusement d’actualité pour nous ces derniers mois et les livres sont parfaits pour ouvrir la conversation et dédramatiser), ou simplement l’arrivée d’un bébé à la maison que ceux beaucoup plus ludiques. J’apprécie les conversations que les livres ouvrent sur les sujets plus sérieux puisque parfois nécessaire. Et je savoure pleinement les livres plus légers et surtout depuis quelques temps que notre plus grand est capable de nous les commenter à sa façon. J’ai aussi hâte de ressortir ceux parfois rangés un peu plus loin mais qu’on va redécouvrir avec mon second. Un que nous avions beaucoup aimé il y a 2 ans et qui ressort encore régulièrement est Aahhouuuu.

Quel est ton meilleur moment avec ton enfant ?

L’entendre me raconter les choses à sa façon. Je l’écouterais des heures durant.

Qu’est ce qui te plaît le plus dans le fait d’être parent ?

Redécouvrir le monde. Au travers leurs yeux. Mais des nôtres aussi. Avoir d’autres priorités. Trouver des plaisirs différents de ceux d’avant. Souvent des plaisirs bien plus simples. Me forcer aussi à faire des bilans. Notamment le soir, au moment du coucher. Leur raconter un peu la journée et ses bons moments. Se coucher parfois épuisée mais en ayant toujours jeté un dernier œil sur eux, tranquillement endormis, et se dire qu’on a encore créé de beaux souvenirs aujourd’hui.

As-tu un conseil à donner pour lâcher prise ?

Je crois qu’il faut simplement le déclic. Se dire un matin que tant pis si le sol n’est pas nickel. Si la pâte à modeler est un peu multicolore dans le pot. Et si le livre pourtant si neuf et si joli est un peu corné. Assumer aussi qu’on aura peut-être 5 minutes de retard. S’y prendre aussi un peu à l’avance pour justement ne pas se presser et s’énerver. Se forcer le premier jour. Et puis découvrir que tout s’est bien passé. Que personne n’a vu ce sol pas si propre et la vaisselle qui traînait. Ce sera plus facile pour recommencer le lendemain !

Parfois, on veut aussi tout faire en même temps et on perd finalement beaucoup de temps. Oh oui je rêve de mon lit lorsque tout le monde s’endort enfin. Mais aller finir de ranger la cuisine à ce moment là ne me prendra que 10 minutes alors que j’en aurais mis au moins 20 et avec des cris dans tous les sens si j’avais insisté pour le faire avec tout le monde dans les parages ! Remettre à plus tard donc. Parce que finalement personne ne s’y attardera !

Aurais-tu un petit mot à ajouter ?

Faites confiance à vos enfants ! Et surtout rassurez-vous, ils sont bien plus forts qu’on le pense. Et parfois les expériences même douloureuses forgent aussi leur caractère et seront d’une grande aide pour leur vie future ! Nos enfants dirigent peut-être un peu la maison. C’est du moins ce qu’ils pensent. Il y a des règles. Ils sont polis et respectueux. Ils savent se tenir dans le cadre lorsqu’il le faut. Mais leur enfance ne durera pas et les voir courir en criant autour de la table parce que nous faire courir derrière eux pour manger / s’habiller / sortir sera bientôt un lointain souvenir. Alors pourquoi en râler et ne pas finalement simplement en rigoler avec eux ?

Merci Marine ! Vous pouvez la retrouver sur son joli compte Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *