l’importance du rythme dans le quotidien

Quand on a des enfants, on peut vite se retrouver submergé ou dépassé. L’arrivée d’un bébé dans un foyer modifie l’organisation mise en place au préalable. On se retrouve à jongler entre les besoins des enfants, la préparation des repas, le travail, les siestes, les soins aux enfants… Il peut aussi être difficile d’arriver à trouver du temps pour soi, afin de se ressourcer par exemple. Pour éviter cela, instaurer un rythme peut être salvateur.

Dans notre foyer, le rythme est très important. Les routines et les rituels se répètent chaque jour dans le même ordre ou presque : toilette, habillage, repas, jeu, sieste… Cela aide les enfants à anticiper, à savoir ce qui va se passer, et à rendre les transitions plus calmes. Le rythme permet aux enfants de se sentir en confiance. Ainsi ils savent que certaines choses sont stables au fil des jours, et cela diminue leur stress. L’idée du rythme est surtout de faire les choses dans le même ordre, pas forcément selon un horaire rigide, mais de façon prévisible. Par exemple, prendre toujours la douche avant le repas, manger un goûter après l’école puis passer aux devoirs, jouer un moment après le diner…

Nous adultes avons des agendas, des carnets, nous savons nous repérer dans le temps. Les enfants n’ont pas tout cela, et il peut être compliqué pour eux, surtout à un jeune âge, de ne pas pouvoir « agir », et de seulement « subir » ce temps qui passe. L’absence de rythme peut engendrer des incompréhensions, voire des frustrations, qui vont se manifester de façons différentes selon les enfants. Mais dans tous les cas cela peut leur occasionner du stress, ce que nous souhaitons éviter pour nos enfants. Ce sont les repères qui nous donnent confiance. Ils contribuent aussi à rendre les enfants plus acteurs dans leur quotidien, en leur donnant davantage d’autonomie.

Notre rythme, à Aurèle et moi, correspond à notre mode de vie actuel. Je suis souvent seule avec lui, à la maison. Ce rythme répond à nos envies et nos besoins, à tous les deux : je vous le décrivais ici. Il est respecté quand je travaille et qu’Aurèle est avec son papa ou avec un baby-sitter. Je m’assure que mon enfant dorme suffisamment, toujours à peu près aux mêmes heures, qu’il ait suffisamment de temps pour jouer, de connexion avec la nature, et je mange en même temps que lui. Le soir, le rituel est toujours identique : brossage de dents, histoire avec papa puis avec maman, extinction des lumières, un dernier bisou à papa, installation dans le lit, dernier gros câlin.

Je fais également attention à avoir du temps pour faire mes tâches quotidiennes. Par exemple le ménage est fait avec lui, et je lui donne des petites responsabilités. Nous cuisinons ensemble, nous rangeons tous les 2. S’il préfère jouer, bien sûr il joue, mai il préfère souvent être avec moi et participer. Ensuite, je profite de ses moments de sommeil (le soir et pendant la sieste) pour avoir du temps pour moi : je peux alors travailler, faire du yoga ou lire. Nous fonctionnons comme cela pour le moment car Aurèle demande encore beaucoup d’attention. Il peut jouer seul quelques minutes mais guère plus longtemps. Je sais que je ne peux programmer une activité seule s’il est dans les parages, et qu’il risque de demander mon attention rapidement. Si je ne la lui donne pas à ce moment, il risque de faire des bêtises pour attirer mon attention. Je préfère donc me consacrer à lui entièrement dans ses moments d’éveil.

Le fait d’avoir ce rythme quotidien me rend finalement plus libre. Je dégage de l’espace à penser puisque je n’ai pas besoin de réfléchir à l’enchaînement de nos différentes activités. Les choses se font de façon plus fluide, et j’ai moins besoin de répéter de consignes à Aurèle car il intègre lui aussi le rythme progressivement.

Nous commençons par ailleurs à mettre en place quelques supports visuels. J’ai réalisé des cartes pour la routine du matin et du soir. Nous avons aussi un planning pour la journée ou la semaine avec les activités prévues, les sorties et les personnes qui restent avec Aurèle. Je vous montrerai cela dans un prochain article.

Vous pouvez consulter mon guide slow parenting, où je parle notamment du rythme. Vous aurez également un mot de passe, qui vous donnera accès aux bonus, des outils pour ralentir et réfléchir au rythme, que je publie de temps en temps sur cette page.

Quel meilleur moment que l’arrivée du printemps pour essayer de mettre un peu de structure dans notre quotidien ? De repenser à notre organisation, ce qui est essentiel ou non, à l’enchaînement des moments de la journée. Si la création d’un rythme pour votre famille vous intéresse, je vous conseille fortement « Parents…tout simplement! » de Kim J. Payne et Lisa M. Ross qui est un indispensable.

Et vous ? Votre rythme actuel vous convient-il ? Qu’avez vous mis en place pour vous libérer de l’espace mental et rendre votre quotidien plus doux et simple ? On en discute dans les commentaires ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.