découvrir la nature : observer et comprendre pour apprécier

Cet article fait partie d’une série sur la découverte de la nature, retrouvez les autres ici : catégorie nature.

Les enfants d’aujourd’hui perdent peu à peu le contact avec la nature. La population est de plus en plus citadine : en effet deux tiers de la population vivant dans les États membres de l’OCDE habitent en zone urbaine. De nombreux enfants ne voient pas de coin de verdure de façon quotidienne. Nos petits passent environ dix fois moins de temps dehors qu’il y a 30 ans. Or nous savons que cet accès à la nature est indispensable pour le bon développement de l’enfant, tant sur le plan psychologique que physique. Les scientifiques appellent cela la vitamine G, pour Green. Les études sur les bienfaits du contact avec la nature sur les enfants se multiplient : effets sur la concentration, la mémoire de travail, l’attention, la régulation des émotions, le stress, mais aussi la créativité et la productivité.

L’observation de la nature permet aux enfants de comprendre les phénomènes naturels, comme le cycle de l’eau, la floraison, les chaînes alimentaires, la sécheresse, ou même les volcans. Elle les aide également à se connecter aux saisons, riches en changements dans notre pays : changement de couleurs, d’odeurs, de températures, de luminosité, différences dans la faune et la flore…

La nature a une place très importante dans notre vie, même si nous habitons en ville. Quand nous sommes à la maison (en banlieue parisienne) ou dans une grande ville, nous essayons d’aller chaque jour au parc. Nous nous rendons fréquemment chez mes parents qui ont un jardin et vivent près de la campagne et la forêt. Lorsque nous nous déplaçons pour mon travail je choisis des logements près de parcs et nous sortons le plus possible. Nous explorons également beaucoup la nature à travers des livres et des activités. Je détaillerai nos lectures dans un post à part, car il y a beaucoup à dire !

A mon sens, le respect débute par la connaissance.

Voici quelques idées d’activités que nous faisons ou avons prévu de faire afin de nous connecter avec  la nature et de la découvrir sous de nombreux aspects. Nous habitons un appartement, sans jardin ni balcon, donc nous sommes un peu limités, mais il y a déjà beaucoup de choses à faire !

J’ai surtout commencé à sensibiliser Aurèle à la nature vers 20 mois, c’est-à-dire en septembre. C’est le moment où nous avons repris notre rythme habituel après les vacances. Pour l’instant nous avons donc exploré davantage l’automne et l’hiver.

  • Au parc, nous n’allons pas forcément à l’aire de jeux, mais nous prenons le temps d’observer les feuilles, les arbres… Aurèle adore les animaux. Nous essayons d’en trouver : vers de terre, oiseaux, insectes, rats. Puis de les nommer, de décrire ce qu’ils font, de parler de leurs habitats et nourritures.
  • Quand nous sortons, nous prenons un panier ou un petit sac en tissu, pour ramasser les trésors que nous trouvons. Par exemple feuilles, marrons, pommes de pins, bâtons, branches, fleurs (si nous les trouvons déjà coupées bien sûr).
  • Nous disposons ces trésors sur une table à la hauteur d’Aurèle, avec une loupe, pour qu’il puisse les observer, seul ou accompagné.
  • Ces trésors peuvent aussi être intégrés à du jeu. Je les dispose comme invitation à jouer avec des animaux, des personnages, des éléments de jeux en bois…
  • Je dessine ces éléments de la nature : il n’y a pas besoin d’être un bon dessinateur, il faut juste développer son observation. Aurèle est un peu petit pour les dessiner lui-même, mais j’espère que cela lui donnera l’envie (imitation imitation !). A terme nous ferons un journal de la nature.
  • Nous prenons en photo nos trésors de la nature, afin de pouvoir comparer d’une saison à l’autre. Quand nous aurons une frise du temps, ces photos seront affichées au fil de l’année. Comme des souvenirs du temps qui passe.
  • Nous confectionnons des friandises pour les oiseaux.

  • J’aimerais que nous fabriquions un nichoir à oiseaux.
  • Nous avons un chat : Aurèle apprend à prendre soin de lui, à le caresser, à le laisser tranquille aussi, à nettoyer sa litière, à  le nourrir et lui donner de l’eau.
  • Bien sûr, nous lisons énormément de livres documentaires sur la nature avec de belles illustrations ou des photos. Ensemble nous évoquons ce que nous avons vu en vrai ou ce que nous avons rapporté.
  • Nous arrosons ensemble les plantes de la maison, et nettoyons leurs feuilles.

  • Nous prévoyons de réaliser un herbier avec des feuilles, et un autre avec des fleurs au printemps
  • J’adorerais pouvoir cultiver dans un potager partagé, si vous en avez la possibilité, foncez !
  • Nous faisons un peu de jardinage à la maison (nous avons un appartement sans balcon) : au printemps nous garnirons à nouveau les jardinières de plantes aromatiques, fleurs et tomates cerises.
  • Je viens d’offrir à Aurèle un bulbe de narcisse, qu’il a choisi lui-même dans le magasin. Nous l’avons rempoté ensemble et allons observer la floraison.

  • Parfois nous achetons des fleurs chez le fleuriste, et nous occupons ensemble de couper les tiges et de changer l’eau régulièrement.
  • Nous faisons également pousser un avocatier à partir d’un noyau d’avocat.
  • Peut-être allons nous aussi prévoir de faire des boutures de plantes.
  • Nous allons ensemble au marché acheter des fruits et légumes de saison, et les cuisinons.
  • J’adorerais pouvoir aller cueillir des fruits et des légumes directement chez un producteur. Malheureusement tout est trop loin de chez nous.

Toutes ces activités sont bien sûr le support du développement du vocabulaire et de la sensibilisation à la fragilité et au respect de la nature.

Je termine avec une sélection de quelques ouvrages destinés aux parents. Une petite bibliographie qui met l’accent sur la nécessité de se connecter à la nature.

Et vous ? Comment connectez-vous à la nature vos petits citadins ? Ou peut-être avez-vous la chance de vivre proche de la nature ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 thoughts on “découvrir la nature : observer et comprendre pour apprécier

  1. C’est parfois tout bête de se connecter à la nature. C’est vrai qu’on voit souvent les enfants courir trop vite à l’aire de jeux sans prendre le temps de se promener dans le parc qui l’entoure, c’est dommage je trouve. Je suis d’accord avec tes mots quand tu dis « le respect débute par la connaissance », même si j’ai pas toujours envie de connaitre les bestioles qui tripote mon bouchon !