#greenlife : consommer différemment pour nos enfants

Etre parent, c’est penser à l’avenir de nos enfants. Par avenir, je n’entends pas seulement le métier qu’ils exerceront plus tard, l’autonomie, l’indépendance, mais aussi le contexte écologique : quelle planète laissons-nous à nos enfants, aux enfants de nos enfants ? Etre parent, c’est donc aussi pour moi être dans une démarche de consommation raisonnée.

J’ai beaucoup modifié ma façon de consommer ces derniers mois/années. Je réfléchis à chaque produit / objet / livre / aliment que j’achète, et qui peut entrer dans ma maison, dans ma vie voire dans mon corps. Il en a résulté une baisse significative de ma consommation, et donc des dépenses, des déchets, de la pollution, des ressources utilisées, de mon bilan carbone.

A chaque objet que je suis sur le point d’acheter, j’essaie de me poser les bonnes questions : « en ai-je besoin, ou envie ? n’en ai-je déjà pas un équivalent ? puis-je le fabriquer ? l’acheter d’occasion ? son processus de fabrication est-il éthique ? sa matière est-elle naturelle ? « … Je laisse également passer plusieurs jours de réflexion, qui souvent dissuadent de l’achat impulsif. C’est un exercice qui n’est pas toujours évident, car j’ai longtemps été dans l’idée que comme je travaillais, je pouvais me faire plaisir avec des petits achats. Mais finalement, ces petits achats nous rendent-ils vraiment plus heureux ? Quand on commence à prendre l’habitude de se poser des questions, et de différer nos achats, on se rend compte que rien n’est vraiment indispensable. On a bien réussi à vivre sans jusqu’ici ! Et trouver des alternatives impose d’être plus créatif, cela peut être amusant.

Au niveau alimentation, je suis végétarienne depuis 8 mois. Je ne mange plus de viande ni de poisson. J’ai arrêté le lait de vache liquide mais je mange encore du fromage. Je consomme encore des oeufs dans les gâteaux parfois, ainsi que du miel. Je suis donc en transition être végétarisme et végétalisme, essayant de chercher des alternatives et de nouvelles façons de cuisiner.

J’ai revendu mes sacs en cuir, et les nouvelles chaussures que j’achète pour Aurèle ou moi sont sans cuir. Nous n’allons pas à des spectacles avec des animaux (comme le cirque), et avons arrêté le zoo.

Par ailleurs, nous n’achetons quasiment plus d’objets en plastique, et nos produits de salle de bains sont en majorité écologiques. Nous avons des sacs en tissu pour acheter nos légumes ou l’épicerie en vrac, des mouchoirs en tissu, utilisons des torchons plutôt que des essuie-tout…

Tout cela est accompagné d’une sensibilisation auprès d’Aurèle : je lui explique tout cela, les conséquences que notre consommation a sur la planète, dans des termes simples. Nous lisons des livres sur la nature, sur l’écologie, sur la réduction des déchets, et essayons de trouver ensemble des idées pour faire mieux au quotidien.

Je ne dis pas que je fais parfaitement, loin de là. Je cherche constamment à m’améliorer, je me pose des questions, je me renseigne, je lis, je regarde des documentaires… Et comme pour beaucoup de sujets, la connaissance est la clé ! Je suis convaincue que si ce mode de vie n’est pas (encore) généralisé, c’est que la majorité des personnes n’ont pas conscience de l’impact de leur façon de consommer. Pensons aux mauvais traitement des animaux, aux conditions de travail des ouvriers du textile, au déversement de produits chimiques, à l’utilisation de ressources non renouvelables et tant d’autres…

Comme beaucoup de choses importantes, et qui ont des conséquences lourdes sur notre quotidien, l’écologie n’est pas enseignée à l’école (ou si peu). Alors faisons notre part en tant que parents, transmettons la connaissance à nos enfants pour un monde meilleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 thoughts on “#greenlife : consommer différemment pour nos enfants

  1. Merci beaucoup pour se poste! On est aussi dans un proces d’être plus ecologique a la maison. On habite a Mumbai, ici la contamination est très forte et m’a servit à prendre conscience.
    Tu pourrais partager les livres sur ecologie q tu lit avec Aurèle. Merci beaucoup.