à propos de mon budget

Pour commencer, je tiens à dire que l’argent n’est absolument pas un sujet tabou pour moi. Je vois l’argent comme un outil pour me permettre de vivre, de réaliser mes projets, mais je n’ai pas comme objectif d’en accumuler (ou même d’acheter mon logement). J’ai toujours vécu comme cela, depuis toute petite où je dépensais mes sous pour acheter des fleurs à ma maman. Mon travail me sert à gagner de l’argent, lequel me sert à acheter ce dont j’ai besoin. Si je n’ai pas besoin d’argent, je ne travaille pas. C’est tout simple.

Commencer à maîtriser son budget : l’observer à la loupe

Pour moi, la première étape à effectuer si l’on veut pouvoir maîtriser son budget, voire modifier ses dépenses, c’est déjà de l’observer attentivement. De savoir d’où vient l’argent (bon ça c’est le plus facile !), et surtout de savoir où il va précisément.

Pour cela, pendant 2 mois, j’ai listé absolument toutes mes dépenses, en remplissant un tableau excel tout simple : 1 colonne date, 1 colonne libellé, 1 colonne montant (en + ou en -), et le total à la fin. Je n’ai pas séparé par catégories, mais j’ai fait mes petits calculs en fin de mois. J’ai ainsi pu avoir un aperçu de mes dépenses réelles, celles qui sont incompressibles, celles qui pourraient être compressées, et j’ai pu me rendre réellement compte de la façon dont je dépense. Soit je rentrais mes dépenses dans mon tableau en revenant à la maison grâce aux tickets de caisse, soit je reprenais dans mon relevé de compte.

Suite à ces 2 mois, j’ai créé un tableau en fin de mois pour le mois suivant, du même type, mais en remplissant A L’AVANCE. J’y ai mis mes dépenses incompressibles comme les prélèvements, mes rentrées d’argent prévues, ainsi que des enveloppes en fonction des moyennes des mois précédents, par exemple pour les catégories alimentation, sorties, livres, … Je prévois également à l’avance les dépenses que j’aurai dans le mois. Je pense par exemple aux restaurants le midi que je vais devoir payer quand je travaille, à des factures irrégulières, aux dépenses de train, de baby sitters, aux budgets cadeaux éventuels, … Cela me permet de voir combien il me restera a priori. Je prévois aussi une enveloppe « divers ».

L’idée est donc 1) d’analyser ses dépenses et 2) de les anticiper, sans pour l’instant les modifier.

Réduire ses dépenses

Passons maintenant à l’étape suivante : essayer de dépenser moins. Ce n’est pas forcément le but de tout le monde, mais c’est le mien actuellement. Mon objectif est de dépenser moins pour pouvoir travailler le moins possible, et aussi éventuellement pour épargner pour des projets futurs. Mes rentrées d’argent sont irrégulières, et dépendent du nombre de jours que je choisis de travailler. Mais comme Aurèle est instruit à la maison, je cherche à trouver un équilibre entre nos besoins financiers et mes journées de travail à l’extérieur.

Mes 2 mois d’observation de mon budget m’ont permis d’analyser mes dépenses, et d’arrêter certains abonnements/prélèvements : j’ai interrompu mon abonnement Netflix, j’ai pu me rendre compte de mes dépenses nourriture qui sont difficiles à appréhender car très morcelées (je ne fais pas de gros plein de courses une fois par semaine), de mon budget transport, j’ai réduit mes achats de livres car beaucoup attendent que je les ouvre, j’ai réduit les restaurants ou les dépenses que l’on fait parfois sans y penser (je me disais « ah ça va apparaître dans mon tableau ! »).

Les incompressibles et les enveloppes : des chiffres !

Pour vous donner un exemple de mes dépenses, voici où va mon argent globalement tous les mois :

INCOMPRESSIBLES

  • 715 pour le loyer charges comprises
  • 300 pour un remboursement de crédit
  • 18 pour l’assurance (perso et maison)
  • 78 pour l’abonnement de fournisseur d’énergie (je suis passée chez Enercoop)
  • 9 pour les impôts
  • frais de transport : train essentiellement pour le travail ou les loisirs, qui sont très variables
  • frais de garde : là aussi très variables, selon mes jours de travail

COMPRESSIBLES (MAIS QUE JE CHOISIS DE GARDER A L’HEURE ACTUELLE)

  • 19 pour l’abonnement Wild+Free : c’est un contenu très chouette, très inspirant pour moi, et tant que je peux je souhaite le poursuivre
  • 10 pour l’abonnement musique Apple : je n’ai pas de lecteur CD, je ne souhaite pas télécharger illégalement, c’est donc notre source de musique principale (avec la radio)
  • 17 pour l’abonnement téléphone portable (forfait SFR) : je l’ai réduit il y a peu, mais il m’est indispensable notamment en déplacements afin de gérer l’organisation au quotidien (plan de villes, billets de train, trouver une adresse, un resto…)
  • 28 pour l’abonnement internet Orange (j’ai une réduction, c’est l’abonnement classique à 40€) : j’attends la date anniversaire pour résilier. Je n’ai pas de télé ni de ligne fixe, il s’agit donc seulement d’internet, je partagerai ma connexion 3G.
  • 35 de mutuelle : je la paie avec mon compte pro, mais comme je vais le résilier dans les mois prochains, je vais me pencher sur la question. J’ai la mutuelle la plus basique possible, seulement pour l’hospitalisation.
  • 350 environ pour l’alimentation : cela peut paraitre beaucoup pour 2 personnes, mais nous mangeons exclusivement bio, local majoritairement pour les fruits, légumes, céréales, légumineuses, éthique pour les produits plus lointains. Je compte tous les repas mais pas les restaurants. L’alimentation est très importante pour moi, il s’agit du carburant de notre corps, et c’est un poste de dépense sur lequel je ne transige pas.
  • 100 pour l’enveloppe restaurants, salons de thé, cafés, gouters à l’extérieur…
  • 100 pour l’enveloppe « IEF » : livres, matériels, jeux, sorties, ateliers
  • 100 pour l’enveloppe « divers » : pour les imprévus surtout, ou les rares vêtements , les plantes, les livres pour moi

DEJA RESILIÉS

  • 10 pour l’abonnement Netflix
  • diminution de la consommation en général, entamée il y a quelques années (livres, vêtements, décoration, babioles…)

INUTILES POUR MOI

  • enveloppe voiture : entretien, assurance, essence… Nous habitons en centre ville, nous nous déplaçons à pied ou à vélo, j’ai la possibilité d’emprunter occasionnellement une voiture, et je me déplace en train pour mes formations
  • enveloppe vêtements : j’en achète tellement peu, que ce soit pour moi ou pour Aurèle, qu’une enveloppe n’est pas nécessaire. Je les mets dans « divers ».
  • enveloppe maquillage et cosmétique : je n’en utilise quasiment pas
  • envelope produits ménagers : nous fabriquons notre lessive avec un seul ingrédient et j’utilise seulement du vinaigre blanc pour tout nettoyer

Si on fait le total, cela fait environ 1800-2000€ par mois en moyenne que je dois faire entrer sur mon compte, en l’état actuel des choses. Certains mois je travaille pour ce montant, certains mois davantage (et donc je garde pour les mois où je travaille moins, ou je garde pour des projets comme les vacances, les tatouages), et certains mois moins voire pas du tout comme l’été ou d’autres périodes où je ne travaille pas du tout.

Budget et écologie

Parce que c’est une large part de notre quotidien, l’écologie a un impact important sur mes finances.

Mode de vie « minimaliste » : nous consommons peu d’objets, pas de plastique donc nos objets sont plus durables, même si parfois plus chers que les équivalents jetables. Aurèle n’est pas couvert de cadeaux à chaque occasion. Nous privilégions le fait maison notamment pour les cadeaux aux proches, le seconde main pour les vêtements et les livres (brocantes, Emmaus, Vinted).

Réduction de la consommation d’énergie : mes seuls appareils électroménagers sont un petit frigo (pas de congélateur), un four, et une machine à laver séchante. En petit électroménager j’ai un sèche cheveux (utilisation occasionnelle), un mixer et un mixer plongeant. Plus les recharges d’ordinateur et de téléphone, les ampoules, et un chauffage électrique réglé à 18-19° selon les pièces. Je suis passée à un fournisseur green il y a quelques mois.

Zéro déchet : le fait d’être dans une démarche de réduction des déchets permet de réduire également de nombreuses dépenses : lessive maison, shampooing et savon solide (qui durent bien plus longtemps que leur équivalent liquide), pas de sopalin, ni de mouchoirs, ni de produits ménagers (seulement vinaigre blanc), pas de bouteille d’eau,… et moins de sacs poubelle !

Végétalisme : nous consommons bio, local et éthique, mais nous n’avons pas de dépenses de produits animaux, qui sont généralement coûteux (viandes, poissons, coquillages, oeufs, lait…). Nous cuisinons presque tout maison, y compris les goûters, les sauces, les pâtes à tarte, les pizzas, les pique niques, les repas pris dans le train… Nous ne gaspillons pas la nourriture, j’accommode les restes quand nous en avons.

Voyages : j’ai beaucoup voyagé en avion, j’aimerais commencer à réduire pour voyager plus local, en van par exemple, ce qui aura aussi un impact financier sur le budget vacances.

Vivre sans voiture : nous habitons en ville et faisons tout à pied et en vélo. C’est un choix, notre loyer est plus élevé qu’en campagne, mais nous n’avons pas de dépenses d’essence ou d’assurance, et un bilan carbone qui en est allégé. Nos activités de loisirs ne comprennent pas le shopping en zones commerciales de banlieue, auxquelles nous n’avons pas accès. Nous prenons le vélo, pour les bords de Loire ou la forêt, la médiathèque est à 3 minutes à pied, nous nous promenons dans le centre historique,… autant de loisirs gratuits !

Budget et IEF

Quand on choisit l’instruction en famille, il y a des dépenses différentes de celles que l’on a quand on choisit l’instruction à l’école.

  • les dépenses en moins : pas de garde périscolaire, de cantine, de frais de transport, de coopérative, de frais scolaire si école privée, de frais de sorties scolaires, réduction des frais de fournitures car réutilisation d’une année à l’autre, la possibilité de partir en vacances sur les périodes scolaires
  • les dépenses en plus : plus de sorties, plus de matériel pédagogique, de livres, d’activités
  • les rentrées d’argent différentes : pas d’allocation de rentrée scolaire, et souvent un choix de l’un ou des 2 parents de travailler autrement ou moins. J’assume seule le quotidien, donc je travaille au minimum pour être auprès d’Aurèle (une moyenne de 6-8 jours par mois)

On peut choisir de réduire certaines dépenses, ou de faire autrement. Par exemple, nous privilégions le matériel solide et durable (pour les crayons, la peinture, les jeux en bois), les activités peu chères ou gratuites, les sorties dans la nature. L’IEF ne coûte pas chère en soi, comme souvent cela dépend des choix que l’on fait.

Comme notre approche est celle de l’unschooling, et qu’Aurèle n’a que 4 ans, nous n’avons pas de manuels scolaires. Notre matériel, ce sont surtout des jeux libres (qui ont été achetés progressivement, mais nous n’avons presque rien de nouveau depuis ses 2 ans), des jeux de société (dont la majorité récupéré de mon ancien cabinet d’orthophonie), un peu de matériel pédagogique, et du matériel d’art (peinture, crayons, nécessaire pour poinçonner, broder, tricoter…).

Je pense que, comme le matériel de puériculture avec l’arrivée d’un bébé, ce ne sont pas nos dépenses qui font de nous un bon parent. C’est le temps de qualité, l’écoute des besoins, l’envie de faire au mieux, et non le nombre d’objets ou leur prix.

C’est ainsi que je conclurai ce (trop !) long article. J’espère qu’il vous sera inspirant, intéressant, ou décomplexant… N’hésitez pas si vous souhaitez poursuivre les échanges, les commentaires sont là pour ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 thoughts on “à propos de mon budget

  1. Coucou, j’ai lu ton article avec grand intérêt, je n’ai moi non plus aucun tabou avec l’argent et d’ailleurs je pense que nous devrions plus en parler aux jeunes gens afin de les préparer à la gestion d’un budget.
    Ici nous avons un poste cd d’occasion parce que nous empruntons beaucoup de cd ou d’histoires à écouter à la bibliothèque, par contre nous avons un abonnement pour écouter des livres audio pour mon mari qui fait pas mal de voiture et adore ça.
    Pour l’ief je me suis d’abord dit que je depesais beaucoup moins malgré que nous achetons des cahiers pour mon 7ans. Mais en fait avec les cours de natation, de hip hop, les sorties.. On y est vite. Par contre j’aurais quand même ces dépenses si ils allaient l’école.
    En tout cas merci pour tes articles qui sont toujours très intéressants à lire.
    Justine

  2. C’est très intéressant comme approche! Merci
    Nous sommes en train de réaliser la même étude. Etudier ses dépenses sans apriori fait grandir je trouve. Elle permet de faire ses propres choix ( et de faire une petite alarme en cas de dépense « comme tout le monde »).
    Sur la mutuelle, nous avons fait le choix d’une mutuelle plus couvrante et donc plus chère. J’ai l’intention de créer mon entreprise et à ce titre, je souscrirai une prévoyance car les accidents de la vie arrivent et laissent bien démunis.