25 idées pour prendre soin de soi quand on est parent

« Self-care » disent les Anglo-Saxons. Prendre de soin de soi n’est pas quelque chose qui est perçu comme prioritaire dans notre société. Et pourtant, cela me semble indispensable. Quand je discute avec des parents autour de moi qui sont fatigués, des parents qui aimeraient faire l’instruction en famille mais ont peur de ne plus avoir de temps pour eux, des parents qui pensent qu’ils ne font pas assez, qu’ils aimeraient être dans davantage de bienveillance, la clé est très souvent celle-là : prendre soi de soin. La parentalité ne fait pas de vous un martyr. Il est même impossible d’être un parent bienveillant avec son enfant si on n’est pas bienveillant avec soi-même, et qu’on ne se ménage pas du temps pour faire des choses qui vous rendent bienveillants.

Je parle souvent ici du modèle que nous offrons à nos enfants, et qui est bien plus puissant que n’importe quel discours que nous pouvons leur servir. Nous sommes des modèles pour nos enfants dans tous les domaines :

  • quand nous parlons : c’est comme cela que nos enfants apprennent de nouveaux mots, de nouvelles constructions syntaxiques, qu’ils précisent leur vocabulaire, qu’ils apprennent comment s’adresser aux autres…
  • quand nous nous couchons : nous leur montrons que dormir est la réponse quand nous sommes fatigués, et non une obligation parce qu’une tierce personne l’a décidé
  • quand nous prenons soin de notre environnement : faire le ménage, les courses, les lessives, la vaisselle, arroser les plantes ou changer la litière du chat sont des gestes éducatifs, dites-le-vous !
  • quand on s’occupe de ses proches : aller rendre visite à un proche en convalescence, prendre des nouvelles d’un autre malade, offrir des cadeaux à Noel et aux anniversaires
  • quand on joue avec son enfant : on lui montre une autre façon de jouer, on interagit, on suit ses idées, on se co-imite !
  • etc.

Et le modèle de prendre soin de soi ? de dire non à une sortie quand on est fatigué ? de prendre le temps de faire du sport ? d’aller chez le coiffeur si on en a envie ? d’avoir une vie sociale ? des intérêts variés ? l’envie d’apprendre ? Je pense que ce domaine est aussi important, si nous voulons que nos enfants apprennent que eux-mêmes sont importants, et qu’ils doivent prendre soin d’eux.

Avant d’être maman, j’ai été orthophoniste, je travaillais beaucoup, je m’occupais quasi-exclusivement d’enfants et d’adolescents avec des troubles du développement comme l’autisme ou des syndromes génétiques. J’ai failli faire un burn-out, j’adorais mon travail mais le stress, la charge mentale, la surcharge de travail, le fait de ne pas prendre assez de temps hors du travail, ont presque eu raison de moi. Comment s’occuper des autres quand on ne s’occupe pas d’abord de soi ? Et si vous ne le faites pas pour vous, personne ne le fera.

Quand j’ai réalisé cela, j’ai commencé à me ménager des temps pour moi. J’ai travaillé moins. J’ai appris à dire non. Je courais, peu importaient la météo ou l’heure qu’il était. J’allais à des expositions ou au cinéma seule. Je cuisinais. Je lisais.

Et puis quand j’ai eu mon fils, ces moments pour moi n’étaient plus compatibles avec le fait de m’occuper de lui. Il a fallu réinventer ces temps de self-care. Avant ses 18 mois, je vous avoue que cela n’a pas été facile. Il ne dormait qu’avec moi, faisait des siestes éclair et ne jouait pas seul, ce qui est bien sûr tout à fait normal mais très prenant pour un parent. Rétrospectivement, je pense que cette grosse année a été plus difficile que je ne veux l’admettre, maintenant je ferais certainement autrement, ou vivrais les choses autrement. Mais j’ai tenu en repensant aux paroles de ma sage-femme : « Tout passe ».

Depuis les 18 mois d’Aurèle environ, les siestes, les temps de jeu progressivement allongés, j’ai pu me ménager des moments « pour moi ». J’adore toujours passer le maximum de temps avec lui, mais je sens que ces temps où je me ressource, au calme et dans le silence (2 éléments très importants pour moi mais pas du tout pour mon fils !) font de moi une meilleure maman, plus patiente, plus ouverte, plus à même de répondre à ses besoins. C’est indispensable à mon sens pour tous les parents, et encore plus pour les parents qui s’occupent de leurs enfants à la maison, ou instruisent leurs enfants en famille. Comme l’explique Isabelle Filliozat dans sa théorie du réservoir affectif, j’ai besoin de remplir mon réservoir, de patience, de calme, de combler mes propres besoins, pour répondre mieux aux demandes de mon enfant.

Je voulais donc aujourd’hui partager avec vous quelques idées pour m’octroyer du temps de qualité afin de me ressourcer. Du temps pour soi ne veut pas forcément dire du temps seule, qui impliquerait de faire garder son enfant par une tierce personne et partir de la maison. Et du temps pour soi, pour les femmes surtout, n’est pas du temps pour obéir aux injonctions de la société (faire le ménage, se faire belle, aller chez le coiffeur, faire un soin du visage ou une manucure). C’est du temps pour SOI !

  • Accepter de prendre du temps pour soi

C’est la première étape ! Prendre soi de soin n’est pas égoïste, c’est primordial. Du temps pour soi mais pour quoi faire ? Scroller sans fin sur instagram, traîner sur Facebook, paresser devant Netflix, puis culpabiliser ? Ou se trouver une activité réellement ressourçante ? Réfléchissez à ce que vous aimez (ou aimeriez) faire, ce qui vous calme, ce qui vous remplit de joie, ce qui vous stimule !

  • Penser à sa santé

Cela paraît évident, mais beaucoup de facteurs peuvent influer sur notre santé : l’activité physique, la nourriture, le temps d’écran, le temps de sommeil. Vous trouvez-vous en bonne santé ? Un petit check up chez le médecin et un bilan sanguin sont parfois l’occasion de faire le point et de mettre en place de bonnes habitudes.

  • Passer du temps dehors

Ce qui est bon pour les enfants est bon pour nous. Le contact avec la nature, de façon quotidien si possible, est primordial pour notre santé mentale et physique. Allez vous promener, seul.e ou avec votre chien, des amis, vos enfants, votre conjoint.e, même si c’est juste un tour du jardin ou du quartier. Respirez, marchez en conscience, grandissez-vous, soyez attentif aux stimulations sensorielles.

  • Voir/parler avec d’autres adultes

Cela peut être d’autres parents au parc, un dîner avec son conjoint, un goûter avec une amie, un coup de téléphone. Et sans parler seulement des enfants !

  • Prendre un bain

Le contact avec l’eau, la chaleur, la relaxation, la bougie, la musique, les odeurs… c’est bon vous êtes déjà détendu.e.s !

  • Fabriquer quelque chose de ses mains

C’est personnellement quelque chose que j’adore. Je trouve cela tellement gratifiant de créer, valorisant de se dire « c’est moi qui l’ai fait ». C’est aussi un excellent modèle pour nos enfants que de leur montrer que l’on peut faire quantités de choses soi-même. Cela me détend, stimule ma créativité, j’apprends de mes erreurs, et j’aime aussi offrir mes créations. Je pense à la couture, le tricot, le crochet, le modelage, la céramique, la peinture, la vannerie…

  • Jardiner

Les bienfaits de la nature et du travail des mains réunis en une seule activité ! Cultiver quelques herbes aromatiques, planter des géraniums, entretenir des plantes d’intérieur ou faire pousser des légumes, tout dépend de l’espace dont vous disposez.

  • Ecrire

Qu’il s’agisse d’écrire un roman, de coucher sur le papier ce qui vous passe par la tête, de correspondre avec quelqu’un, la lecture est également un bon moyen de prendre du temps pour soi, de se recentrer sur ses propres émotions et de faire une pause salvatrice.

  • Faire un bouquet de fleurs

Un joli bouquet de fleurs champêtres, du jardin ou du fleuriste embellit ma maison, me comble de joie, et apporte de la nature dans mon intérieur.

  • Ecouter un podcast

J’aime beaucoup écouter des podcasts, il y en a de plus en plus sur plein de sujets différents qui sont vraiment très intéressants. Mon préféré est probablement « Les couilles sur la table« , et j’aime aussi « Simplicité et lenteur au quotidien« , « Oui change ma vie« , « Le Nid » ou encore « La Matrescence« . Et j’ai adoré « Entre« .

  • Dire non

Ne pas répondre immédiatement aux notifications des applications du téléphone, aux mails, aux messages, refuser une sortie, décliner une invitation, annuler si vous vous sentez submergé. Personne ne vous en voudra.

  • Se nourrir correctement

La nourriture est notre carburant, pour notre corps et notre esprit. Une alimentation insuffisamment équilibrée a des conséquences sur notre énergie, notre moral, notre patience, notre sommeil. Depuis que nous sommes végétaliens et consommons des aliments bio, locaux et de saison en majorité, je me sens en bien meilleure santé ! Nous cuisinons presque tout nous-mêmes, avec des aliments de bonne qualité, et nous nous régalons à chaque repas. Assurez vous notamment d’avoir des apports en vitamines et fibres suffisants !

  • Cuisiner

Rien ne me fait plus plaisir dans la journée que d’avoir le temps de cuisiner seule, dans le silence, ou avec un peu de musique ou un podcast. Eplucher mes légumes en pleine conscience, et même faire la vaisselle ! Quand on devient parent, on apprend à apprécier chaque moment seul… Et après avoir cuisiné, on déguste et on prolonge le plaisir.

  • Faire du yoga ou un sport

L’exercice physique est bien sûr bon pour le corps, mais aussi pour l’esprit. La pratique régulière du yoga à la maison est ce qui est le plus facile pour moi car je n’ai pas la possibilité de sortir courir ni l’envie d’aller à un club de sport. Le yoga apporte en équilibre, en souplesse, en force, en confiance, c’est une pratique complète et bien souvent transformante. Nous nous déplaçons aussi quasi exclusivement à vélo au quotidien, et c’est un bon moyen de faire de l’exercice.

  • Dormir

Cela paraît évident, mais prendre soin de soi c’est aussi reposer son corps, avoir un nombre d’heures de sommeil cohérent (dit la dame qui écrit cet article à 2h38 !), et ne pas hésiter à faire une sieste quand c’est possible. Combien de fois j’ai fait la sieste avec Aurèle alors que j’aurais eu plein de choses à faire ! Et la maison ne s’est pas écroulée pour autant. Et c’est si bon de dormir avec son enfant près de soi…

  • Méditer

La méditation m’est aujourd’hui indispensable. J’en ai déjà parlé dans cet article, et je continue à pratiquer le plus régulièrement possible avec Mind et Headspace récemment.

  • Construire sa routine self-care

Pour qu’une habitude (quelle qu’elle soit) se mette en place, il faut environ un mois. Pour tenir sur la durée, pourquoi ne pas se construire une routine au moment du lever ou du coucher intégrant des moments à soi ? Quelques étirements le matin, un thé au calme, une méditation le soir…

  • Voyager

Le budget est un peu plus élevé que pour les autres idées, mais on ne parle pas forcément d’un tour du monde. Un petit week end, seul.e ou avec des ami.e.s ou de la famille, ou même une nuit dans un joli hôtel pas très loin de la maison, peuvent ressourcer pour des semaines !

  • S’occuper de son intérieur

Désencombrer, ranger, décorer, faites de votre maison un havre de calme pour pouvoir vous y ressourcer. Surtout si vous ne travaillez pas à l’extérieur ! Des plantes, des bougies, un intérieur minimaliste, voilà ce qui me permet d’être bien chez moi.

  • Aller dans une église

Je ne suis pas croyante, mais j’ai toujours aimé l’architecture de ces lieux, et le calme qui y règne. Peut être encore plus depuis que je suis maman ! C’est un lieu propice à la réflexion, à la méditation, qui m’apaise personnellement.

  • S’inscrire à des formations en ligne et des MOOC

Nourrir son intellect est également très important. Il y a une offre considérable et très diversifiée de formations ou d’ateliers en ligne, gratuits ou payants, vous trouverez forcément votre bonheur. Allez regarder par exemple sur Fun Mooc, Mooc francophone ou tout simplement sur YouTube.

  • Avoir une tablette de chocolat secrète et la manger en cachette

Y a-t-il besoin d’expliquer pourquoi ce chocolat doit rester dans un endroit secret ?

  • Lire

Un roman pour s’évader, un essai pour se mettre en question, de la poésie, une bande dessinée, une biographie, tout les genres nous nourrissent différemment. Nous voir un livre plutôt qu’un téléphone à la main (et toujours un dans le sac en sortie) est d’ailleurs un excellent modèle pour nos enfants.

  • Ecouter de la musique

Personnellement j’aime me ressourcer avec un peu de musique classique, ça me détend instantanément. Mais cela peut aussi être une musique qui bouge pour danser, de la variété, du rap, de la techno, de la disco !

  • Boire un thé chaud

Tous les parents comprennent la valeur de ce dernier mot, « chaud » 🙂

N’hésitez pas à ajouter vos idées dans les commentaires !

Crédits photos : Logan Nolin – Allie Smith – Maddi Bazzocco – William Iven – Adam Winger – Karl Fredrickson via unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 thoughts on “25 idées pour prendre soin de soi quand on est parent

  1. Merci infiniment pour cet article qui coïncide parfaitement avec mon questionnement du moment! Je suis maman de 4 enfants, plus ou moins en burn out mais surtout en pleine recherche sur la parentalité que nos souhaitons pour nos enfants et nous. Nous allons commencer l’IEF tout bientôt, et justement, je lis un peu partout qu’il faut savoir prendre soin de soi, chose qui est assez abstraite pour moi… Je me demandais hier soir ce que je pourrais faire pour « prendre soin de moi », et cet après-midi je tombe sur votre article qui est très éclairant (j’en profite pour découvrir votre blog), et qui donne de nombreuses idées que je m’en vais exploiter. Merci d’avoir éclairé mes pas aujourd’hui… Je vous souhaite une belle et douce fin de journée.

  2. Superbe article! J’ai récemment réalisé à quel point aller à l’église (sans pour autant être pratiquante), me faisait le même effet! Maintenant, même mon fils demande à y aller.
    J’aime beaucoup également utiliser le temps que j’ai seule à la maison pour apprécier le silence et faire brûler de la sauge.
    Ma mission est d’être plus consistante et installer de meilleures habitudes dès le réveil.
    Tu m’as reboostée 🙂

  3. Merci pour toutes ces pistes. Je pense que la plus grande difficulté est effectivement de les inclure à une routine.
    Je le pense particulièrement car je suis en recherche d’emploi depuis quelques semaines, et je constate que je juge durement mon inactivité salariée et que je ne me suis pas accordée un moment depuis début octobre.
    Il faut que j’y remédie!